En 1764, la Margeride est un pays aride, au climat rude. Les forêts semblent impénétrables, entrecoupées de gorges profondes et infranchissables, où la neige reste parfois pendant 6 mois successifs. Paraît-il que les habitants y sont aussi rudes que le climat. Ils vivent surtout dans une grande misère, se raccrochant à leurs croyances religieuses et aux superstitions.

Pendant 3 ans, en cette Margeride, aux confins du Gévaudan et du Vivarais, une Bête menaçante va marquer la terre et les esprits.

En effet, le Gévaudan est victime d’un terrible fléau : un animal, d’une extrême agressivité, mal identifié par les témoins, attaque, blesse, tue et dévore les habitants. Une créature insaisissable et terriblement malfaisante, que nul ne parvenait à tuer.

Pourtant, les autorités prennent l’affaire très au sérieux en envoyant les meilleurs chasseurs de France aux trousses de celle que tout le monde appelle… la Bête du Gévaudan.

78 victimes sont recensées, 78 faits réels et de sources fiables, issus de registres paroissiaux, de la liste tenue par le Capitaine DUHAMEL et une autre par Etienne LAFONT, tous 2 étant en 1ère ligne lors de ces événements de par leur fonction.

  • 35 en Lozère (au nord du département)
  • 30 en Haute-Loire (au sud-est du département)
  • 10 dans le Cantal (au sud du département)
  • 2 en Aveyron et 1 en Ardèche.

Revivez l’histoire de la Bête du Gévaudan, tremblez avec eux, au Musée Fantastique de la Bête du Gévaudan à Saugues. Sensations garanties !

Pour en savoir plus, vous pouvez également vous rendre à Auvers, à 2 pas de la statue de Marie-Jeanne bravant la Bête, la Maison de la Bête du Gévaudan vous ouvre ses portes.